Press "Enter" to skip to content

Accès à l’internet, un privilège pour les jeunes de Kaga Bandoro

Kaga Bandoro, chef-lieu de la préfecture de la Nana Gribizi, est une ville au nord de la République Centrafricaine un pays sous développé en proie des conflits armés. Sa population est composée a 75% par les jeunes.

Malgré que Bangui, la capitale du pays, ait connu l’internet dans les années 1989, Kaga Bandoro a connu son premier signal accessible au public qu’en janvier 2018. Connexions qui rament, serveurs qui plantent et météo capricieuse sont autant d’obstacles auxquels se confrontent l’internaute lambda. L’absence de cyber café, les rares utilisateurs d’internet à Kaga Bandoro doivent leurs connaissances du web de leurs passage à Bangui. Pour se connecter à Kaga Bandoro, la seule alternative au signal instable des compagnies de télécommunication, est de travailler avec les agences du système des Nations Unies et autres organisations internationales.

Moussa Mahamat navigue sur les réseaux sociaux. Photo by Marie-Chantal Lumba

« Je me suis connecté qu’une seule fois au mois de juin. Pourtant j’avais activé (achat des Mb) pour la semaine. Je n’en ai pas profité. Quand je ne suis pas connecté sur internet, c’est comme si j’ai perdu la vue. Je ne sais pas ce qui se passe », se plaint Moussa MAHAMAT.

Un taximan de 26 ans qui comme la majorité des jeunes se connecte sur les réseaux sociaux pour correspondre avec sa famille, ses connaissances et se faire des nouveaux amis. Une plainte qui est reprise en cœur par les internautes de Kaga Bandoro pour qui l’accès a l’internet est un privilège dans une zone ou les fournisseurs de ce service n’arrivent pas à satisfaire les besoins de ses clients.

Jacquie Miranda, Chef de projet à son bureau. Photo by Marie-Chantal Lumba

Bien que poster des photos et commenter celles des autres sont des activités favorites de Moussa, pour Jacquie Miranda, chef de projet au sein d’une organisation locale, se connecter sur le net est plutôt d’ordre professionnel. « Je me connecte pour faire des recherches sur Google concernant mon travail, l’envoi des rapports, contacter mes partenaires, la mobilisation de fonds… Sur internet je cherche aussi de l’emploi. C’est très pratique ! » affirme Jacquie en souriant.

C’est aussi dans un cadre professionnel que Gauthier METEMALE (Photographe) et Ndewa Zeneth Joris (Evangéliste) utilisent internet.   « Avec internet j’arrive à améliorer mon travail. Je télécharge des logiciels de retouche des photos.  Je contacte mes fournisseurs pour du nouveaux matériel. » déclare Gauthier. Et Ndewa d’indiquer « Je me connecte sur Google pour faire mes recherches sur les prédications et me préparer pour prêcher. Je consulte ma boite email et me connecte sur Facebook pour être à contact avec mes amis et connaissances ainsi qu’avec d’autres églises de réveil ».

Par ailleurs, les rares utilisateurs de Kaga Bandoro conviennent que l’inaccessibilité à l’internet prive les populations au droit à l’information. L’accès à l’information qui pourrait, selon son usage, améliorer les connaissances pour un épanouissement personnel et de la société.

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *