Press "Enter" to skip to content

Portrait d’un blogueur centrafricain : Rosmon ZOKOUE

Rosmon ZOKOUE est journaliste, communicant, blogueur et web activiste et Président de l’Association des Blogueurs Centrafricains(ABCA) à Bangui. Il crée « Lettimbi » en 2013, un blog d’information générale d’actualité centrafricaine et du monde.  Lettimbi en sango (la langue locale) est un mot composé qui signifie « l’œil et de ce qui m’appartient » soit « mon regard ». Un regard sur une Centrafrique en proie des conflits armés.

Marie-Chantal Lumba (MCL): Comment êtes- vous devenu blogueur ?

Rosmon Zokoue (RZ) : Je suis devenu blogueur parce que je ne voulais pas que les choses puissent passer inaperçues. C’était en 2013 lors que les combats faisaient encore rage dans la capitale Bangui. J’étais en refuge chez un ami dans le 6e arrondissement. Muni de mon sac, contenant mon ordinateur, ma clé de connexion internet, ma petite caméra plus un appareil photo, j’ai décidé de rapporter l’évènement de la Centrafrique à ma manière. Et c’est là que mon ami Prince Eric Ngaibino m’a encouragé à créer un blog.

MCL : Quels sont les 3 articles les plus populaires de votre blog ? 

RZ : Mes articles les plus populaires sont :

Guerre en Centrafrique : Orphelin et solitaire, une enfance douloureuse d’un enfant peulh sous silence à Bowaye

Dans l’article, je montre l’impact des conflits etnique et identitaire sur la vie d’Affis Defala. Un enfant que j’ai rencontré à Bowaye, village situé à 377 km de Bangui, dans la région de l’Ouham.

Centrafrique : Des filles s’adonnent à la prostitution pour être à l’abri du besoin

Un article sur ces jeunes filles qui se réfugient dans la prostitution pour survivre.

Centrafrique : Minusca et Sangaris reprennent par la force les bâtiments officiels à Bria

Les forces de la Minusca appuyées par la Sangaris ont repris les bâtiments officiels de Bria, ville située au centre-est de la RCA, à l’issue d’un combat les opposant avec les ex-Séleka

Rosmon Zokoue: "le bloging,un rempart". Photo by Marcel Ballu

MCL : Quelles difficultés vous rencontrez en tant blogueur dans un pays en proie des conflits armés ? 

RZ : D’abord, le blogging n’a pas trop d’importance au début pour l’opinion publique centrafricaine y compris les autorités. Ce qui rend très difficiles l’accès à l’information. Je reçois plus souvent des menaces venant de tout bord. En 2015, j’avais accordé une interview à un chef rebelle. J’ai failli être arrêté pour cela. Et ce genre de menaces continuent jusqu’à présent. Et surtout que mes informations ou articles sont systématiquement partagés sur les réseaux sociaux, l’ampleur inquiète souvent certains groupes de gens qui voient leurs secrets et autres faits rendus publics.

Autres choses c’est le coût. Je dépense en moyenne 65.000 FCFA (environ 110 USD) par mois pour la connexion internet, le crédit d’appel, le transport afin de rencontrer les sources ou acheter des photos auprès des collègues… Ce n’est pas facile, surtout que mon blog ne rapporte pas de l’argent. Je tire de ma poche grâce à mon travail de journaliste. De temps en temps la connexion est vraiment instable. C’est difficile de publier ! 

MCL : Que pensez-vous qu’un blog peut apporter dans votre pays qui connait l’un des plus faibles taux d’accès à l’internet en Afrique ? 

RZ : Il est vrai que l’accès à l’internet reste très limité pour le public centrafricain en raison de son cout et aussi de la culture. Mais, le blogging pour moi aujourd’hui reste le dernier rempart pour la stabilité du monde médiatique centrafricain. Aujourd’hui avec mon association, nous avons la charge de faire comprendre les enjeux du blogging en RCA ; ses avantages et ses conséquences ou simplement mauvaise utilisation du web et montrer à quel point, l’internet et le web citoyen qui est le blog peut-être l’une des voies vers la liberté et le rapprochement des citoyens du monde.

MCL : Quel conseil donnerez-vous a un blogueur qui débute ? 

RZ : Aux débutants, je leur conseille la vérification des informations avant toute publication et surtout se poser la question de savoir quel impact l’information va avoir sur le public ou le pays ? Ceci est la clé de la sécurité d’un blogueur !

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *